Retour

MAISON GV

Cette réalisation est l’aboutissement d’une recherche permanente sur le rapport entre la Terre et l’implantation d’une habitation. Sur les bords de la Chézine, une maison s’est glissée entre les arbres devenus ses protecteurs. L’écoute de la nature est déterminante quant à l’insertion du projet afin d'articuler un programme dans deux volumes qui s’effleurent et se superposent. Pour limiter l’impact du bâti sur le terrain et pour permettre de s’immiscer dans l’intimité exceptionnelle du lieu, j’ai élaboré un travail de pleins et de vides entre masses et ouvertures. Le seuil entre intérieur et extérieur devient immatériel, les fenêtres et portes disparaissent devant les cadrages et les vues sur le jardin. Cette maison est l’illustration des principes architecturaux de Franck Lloyd Wright pour lequel la nature est encore plus belle lorsqu’une forme construite vient l’épouser et l’enfanter d’un nouveau paysage.

La maison est fixée sur une veine de roche granitique et est implantée à mi-pente du terrain afin de respecter la hauteur de construction limitée qui régie la parcelle. Le cœur de la construction est en béton armé, matière liquide utilisée pour s’adapter à la déclivité du terrain. Le reste du corps, gruté au-dessus des maisons riveraines, est en panneaux de bois massif sur une structure en acier très fine, répondant à une rapidité de chantier et à la difficulté d’accès des camions sur le terrain. Il en ressort une volumétrie généreuse ; dotée d’une vaste pièce à vivre ouverte sur une coursive et un porte-à-faux extérieurs, d’une suite parentale intime et d’un étage vitré sur une terrasse de 50 mètres carrés au dessus de la Chézine, cette maison aux lignes et volumes euclidiens s’estompe à travers les arbres et répond au mode de vie de ses cinq occupants.

Les grandes surfaces vitrées dans lesquelles se reflète le jardin prolongent l'étendue arborée qui se mêle au bardage de la maison et effacent la limite entre intérieur et extérieur. La vêture de la maison est en tasseaux de frêne thermo-chauffé. Les facteurs qui ont conduit au choix de cette essence sont la faible présence de nœuds, son imputrescibilité et sa couleur grise argentée rappelant l’écorce des arbres qui constituent le bois environnant. A l’intérieur, des bois plus précieux tels que le noyer ou le chêne de fil sont utilisés dans les aménagements sur-mesure de la maison, tel que le grand meuble de cuisine qui se poursuit en cheminée. Nous sommes ici, en présence d'une rencontre entre les éléments naturels et une forme construite soignée où chaque détail reflète une intention réelle de réaliser une maison en harmonie avec la nature.