Retour

MAISON MG

Cette maison de ville est construite sur un ensemble de trois parcelles dont un angle de rue qui marque son entrée par un jeu de volumes et une faille vitrée, éclairant son unique circulation verticale. Les composantes du site et du parcellaire ont guidés le plan de cette maison ; la longueur sur rue, suffisante, pour développer une typologie d’escalier peu utilisée par ses dimensions, se prête parfaitement au déploiement d’un escalier droit à deux volées. Ponctuée de trois ouvertures verticales, la façade sur rue cache l’élément majeur et sculptural de la maison qui met à distance les pièces à vivre de la rue. En effet l’escalier est la colonne vertébrale qui distribue les différentes pièces de vie et offre une liberté dans la composition des espaces en répondant aux attentes de la famille.

Cette réalisation, dont la structure est en béton armé, reprend la typologie originelle de la maison « nantaise » car le rez-de-chaussée et le jardin se développent à 2,50 mètres au dessus du niveau de la rue. Conçue sur deux niveaux, elle est entièrement orientée vers le jardin et se protège de la rue par une façade maçonnée peu ouverte : le soubassement est percé de sa seule porte de garage et les trois autres ouvertures, situées à l’étage, protègent des regards ses occupants. Côté ville, la silhouette de la maison dont la texture stuquée reflète la lumière et les sons, est conçue comme un diaphragme qui allonge la distance entre extérieur et intérieur. Côté jardin, la façade est largement ouverte et animée par une série de balcons et de volets coulissants ayant fait l’objet d’un important travail de serrurerie. L’apparente austérité perçue depuis la rue s’estompe derrière la convivialité des espaces de vie intérieurs que forme cet écrin.