Retour

MAISON PC

La question de la commanditaire était simple et claire : « Quelles solutions pouvez-vous me proposer pour ouvrir ces combles à la lumière afin que je puisse enfin bien respirer ? ». La réponse, techniquement osée, établit un dialogue pensé entre paysage et architecture. Située face à la Prairie-au-Duc, à la grue Titan jaune, et à l’Eléphant dont on entend les barrissements, la maison repousse ses limites jusqu’à la Loire et se nourrit de la course quotidienne du soleil. Le contexte exceptionnel dans lequel le projet s’inscrit, confère à cette extension les qualités visuelles d’un des plus beaux belvédères cachés de Nantes.

C’est au sommet d’une ancienne maison en pierre que j’ai décidé d’ouvrir totalement les combles à l’est afin d’y glisser un bandeau vitré couplé d’un balcon-coursive. La solution d’une greffe de charpente en acier brut s’est imposée d’elle même pour coiffer le bâti existant et s’insérer juste au-dessus de la couverture en ardoise qui a gagné en isolation. Le choix du matériau et du traitement de la matière « rouille » tisse des liens et correspondances avec l’environnement de la rive d’en face où trône les vestiges de l’architecture industrielle et portuaire de l’île de Nantes. Comme une peinture de paysage urbain, les détails du projet luisent comme des pixels de couleurs dans une vision plastique plus large, prise du quai des Antilles.